Des paysages

 

Quatre temps forts pour quatre saisons. La route cette fois s'estompe pour laisser la place à la contemplation Tous les jours la même route et pourtant jamais le même paysage. La lumière joue avec le cycle de la nature. Les vues s'entremèlent afin d'exprimer l'émotion de l'instant tels des tableaux de couleurs, de paysages croisés qui se combinent à l'infini.

Sur la route

Attachée à l'expression des cimes, à l'écriture floue qui se produit par le déplacement du véhicule, les arbres apparaissent comme une masse de contraste, un peu d'ombre et de lumière qui filtre l'horizon.

 

 

Tout feu tout flamme
et jouer

Noël approche, et le soleil fait la grasse mat. Enfin pas tout à fait, mais il est amusant de lui octroyer ce droit. Plein phares, les feux se croisent et les prises captent de drôles de jeux. Les communes illumines leurs rues et la forêt s'efface : attention aux biches.

Brumes matinales,
instant nacré

Il fait encore froid, la nature est marquée par l'empreinte des gelées. Le soleil est en train de se lever, énormément rond et rouge à cette époque de l'année. La combinaison des éléments crée une atmosphère particulière, entre douceur et secrets. L'eau ne se fait pas oublier. Elle habite les vallées, l'enveloppe, la révèle en prenant mille et une apparences ... Comme il est doux parfois d'y apercevoir l'illusion de mes montagnes lointaines.

Pluie et impatience

Giboulées de mars avant l'heure.

La nature semble bien endormie, branches nues, terre brune, rangs de vigne bien taillée. Pas encore de pâquerettes sur le bas côté de la route, mais douches glacées à n'en plus finir ... Arc-en-ciel en prime et le promesse que ça progresse, pousse. Bientôt charnues, les feuilles ombrageront encore la route.